Swimrun Esterel Agathos 2018 :

 

Endorphinmag : Salut Ludovic et Jonathan, Après votre premier swimrun entre frères je voulais revenir avec vous sur cette journée et votre belle performance.Avant de revenir sur votre course, dites nous un peu comment vous vous êtes préparés pour cette échéance? D'autant plus que Jonathan c'était votre premier swimrun.


Jonathan : On a décidé de faire cette course au mois de septembre ainsi pour moi la préparation a commencé à ce moment là avec beaucoup d'entraînements au programme pour être au niveau. A l’origine je suis plutôt un coureur de sprint court mais j’avais de bonnes bases en course à pied ce qui m’a un peu facilité la tâche dans ce secteur. Par contre j’ai découvert le crawl et les longueurs en piscine ! Ça n’a pas été facile d’avoir une nage efficace en 6 mois mais les chronos sont descendus et j’y ai rapidement pris goût. Pour finir la préparation, on a pu faire un entraînement sur la Côte Bleue deux semaines avant la course pour tester les équipements, le matériel, les transitions et l’élastique. Je pense que ça a été un vrai plus pour la course.
 

Ludovic : C'est un début de saison donc personnellement j'étais plus dans un mode de préparation avec des gros volumes dans les semaines précédentes. C'est toujours sympa de se remettre dans un mode course rapidement, cela change du quotidien de l'entraînement. Pour moi c'était aussi l'occasion de nager devant et de faire la navigation dans l'eau. La forme n'est pas optimale mais c'est une bonne étape pour les échéances à venir.

 

Endorphinmag : Quelle était votre stratégie au départ ? Est ce que vous vous étiez fixés un objectif particulier ?

 

Jonathan : Finir la course sans me noyer (rire) ! Non plus sérieusement on n’avait pas fixé d’objectif. S’amuser, passer un bon moment entre frères et se tester sur un nouveau sport était déjà suffisant pour moi !

 

Ludovic : Pas trop d'objectif si ce n'est de se faire plaisir pour une première course ensemble! Je voulais surtout bien gérer notre effort ne sachant pas trop comment Jonathan allait réagir sur la distance et sur la répétition des transitions. C'était je crois la course la plus longue qu'il ait jamais faite. La stratégie était de partir sur un bon rythme sans se mettre dans le rouge, gérer les éléments et attendre les sections de course sur l'Esterel pour décider si on voulait et pouvait accélérer.


Endorphinmag : Sur la course en elle même, comment avez vous géré votre effort ? Il y avait aussi un peu de vent et l'eau un peu froide, est ce que cela vous a gêné ?

 

Jonathan : Ludo était devant sur l’ensemble de la course car il avait plus d’expérience et un meilleur niveau que moi. Je le suivais attaché à l'élastique. J’ai essayé de communiquer un maximum pour lui dire si ça allait trop vite ou au contraire s’il pouvait accélérer. Je pense que l’on a été très efficace sur les transitions surtout qu’il y en avait beaucoup. Le vent et les vagues nous ont bien secoués pour aller sur l’Ile d’Or et le long des plages où on se faisait ramener sur le bord. J’ai commencé à avoir froid à la fin de la course mais la bataille pour la 3ème place nous a permis de rester bien focalisé sur la course.

 

Ludovic : Comme dit plus haut, on a bien géré la première partie et on a pu accélérer dans la montée sur l'Esterel. On a eu de la chance de rattraper et doubler deux équipes devant. Ensuite cela a été un beau sprint jusqu'à la fin, sous forme de chassé croisé entre la nage et la course. L’eau était fraîche mais les sections de nage relativement courtes donc cela a facilité la gestion du froid. C’est seulement à la fin que je commençais à avoir du mal à me réchauffer. En revanche les nouvelles cagoules de Colting Wetsuits ont fait la différence car il est important de se proteger la tete pour rester lucide. Le vent a ajouté un peu de challenge en mer, mais l'important est de rester concentré pour bien le gérer. D'ailleurs je fais une erreur de navigation avec le courant pour aller sur l'ile d'Or.

Endorphinmag : Pour finir dites nous ce que vous avez pensé du parcours et de l'organisation ?

 

Jonathan : Pour une 1ère expérience, je crois que c’était un très bon choix. Le lieu était vraiment magnifique. La variété du parcours avec des chemins au bord de l’eau, dans la colline, sur la plage mais aussi un saut surprise dans un lac, une nage en piscine et j’en passe. L'organisation était aussi à la hauteur de l’événement avec plein de bénévoles et une ambiance entre les coureurs vraiment plaisante. L’arrivée avec le sauna et le buffet norvégien donne aussi envie d’y revenir l’année prochaine !

 

Ludovic : Le parcours était la raison de participer à cette course, en plus d'avoir une introduction au swimrun pour Jonathan en début de saison. Je ne suis pas déçu, les courses a pied étaient vraiment techniques sur le sentier du littoral, les couleurs de la roche étaient superbes surtout avec le soleil. Le passage sur l'île d'Or était un beau clin d'oeil à un bout d'histoire. Coté organisation, rien à redire. Des bus le matin, en passant par la gentillesse des bénévoles, les encouragements, la bière et le superbe buffet à la fin et bien sur sans oublier le sauna à l'arrivée ! Indispensable. Merci encore pour cette belle journée.


Endorphinmag : Merci a vous deux de nous avoir fait vibrer durant cette journée et encore bravo pour votre 3e place. On vous retrouvera sur le swimrun des Gorges du Verdon le 9 juin. Ludovic d'ici la tu feras équipe avec Sabrina en Costa Brava pour on l'espère une autre belle performance.

 

Tous les détails sur : https://swimrun.esterel-cotedazur.com/



Endorphinmag

Jonathan et Ludovic Maillard, Avril 2018.


Endorphinmag : Facebook Feed

Newsletter Endorphinmag
SWIMRUN ESTEREL
SWIMRUN
OTILLO
COLTING WETSUITS
RAID MULTISPORTS