La montée en puissance des VTT-E et l’excellente cohabitation avec les « VTT musculaires »

 


Rando VTT aux Roc’h des Monts d’Arrée Huelgoat - 11 & & 12 septembre 2021

 

Près de 6000 vététistes étaient présents ce week-end en Bretagne, après l’annulation en 2020, la Mecque du VTT était à Huelgoat, dans le parc régional d’Armorique et ça fait du bien ! Après un rapide contrôle du Pass sanitaire, me voilà équipée du précieux sésame, un bracelet rouge fixé au poignet, qui m’ouvre enfin les portes sur le village organisation et je retrouve le monde d’avant, une foule de gens, de vélos, un nombre de stands et de barnums.


Je constate avec étonnement que les VTT électriques sont très nombreux et que les pilotes ne sont pas forcément tous âgés (raison invoquée pour passer à l’électrique), il y a aussi pas mal de femmes, bref, je ne suis pas « seule » et je me rends compte de la place qu’occupe maintenant ce marché en pleine expansion, le VTT-E n’est plus marginal ! Ce constat me rassure car après avoir lu sur quelques forums spécialisés que certains vététistes classiques ne supportaient pas trop l’arrivée des VTT électriques, j’avoue que ce climat d’ambiance m’avait un peu refroidi. Ca faisait longtemps que je n’avais pas participé à un grand rassemblement de VTT, j’avais envie de retrouver l’ambiance d’avant COVID, un rassemblement populaire en mode insouciance…


Dès mon arrivée je croise l’un des Co Présidents, cheville ouvrière de l’organisation, Alain Floc’h, qui me précise : « Les VTT-E sont les bienvenus, chacun trouvera sa place dans un respect mutuel et nous souhaitons à tous, un bon week-end ! ». Le ton est donné, les organisateurs ont depuis longtemps intégré ces pratiquants qui pour de multiples raisons, sont dorénavant adeptes de l’électrique.


Après une heure d’attente, je décroche enfin mes plaques pour les 2 randos prévues et j’enchaine directement avec le parcours du 30Km. Le circuit nous envoie direct dans la forêt de Huelgoat et son célèbre chaos, le terrain de jeu d’une longue première partie, rien de plus agréable que ces sous-bois pour me faire la main sur le VTT-E, LIV Intrigue (Giant) X E+ 3 Pro.


Cohabiter en bonne intelligence


En roulant, j’ai questionné pas mal de gens autour de moi, ceux que je doublais ou ceux qui me doublaient… J’ai été vite rassurée (ouf), ma crainte était infondée, les témoignages ont tous été axés sur la tolérance et la bonne intelligence de cohabitation. « Si l’électrique peut permettre à certains sportifs de continuer le sport, de suivre leurs amis ou de prolonger les distances, c’est tant mieux » me soufflent unanimement toutes les personnes interrogées.

 


Le dimanche matin sur le 35Km, je discute avec plusieurs vététistes et creuse délibérément le sujet de la cohabitation VTT-E / VTT. « A mon âge, il y a longtemps je ne pourrai plus suivre mon fils, équipé en électrique, je partage ainsi les mêmes parcours et le plaisir est toujours aussi intense… la cohabitation avec les VTT musculaires se passe très bien, les remarques désagréables comme il y a quelques années sont devenues très anecdotiques, on tombe parfois sur un vététiste réactionnaire mais cela devient très marginal » m’explique René du Pas-de-Calais (69 ans). Christophe (média Vélo Tout Terrain) confirme que le climat a changé, on peut partager les mêmes terrains de jeu sans souci, respecter l’allure en montée suffit à conserver une bonne ambiance entre vététistes, de toute façon, il va falloir cohabiter car c’est un vrai marché qui se développe et ce n’est plus seulement une tendance, le VTT-E s’installe durablement… ». Illustration de ce développement économique, un nouveau magazine papier vient de paraitre en 2021 chez « Vélo Tout Terrain », le mag « eBlue ». Après avoir lu son 3e numéro, j’ai découvert un mag spécialisé en VTT-E, bien utile sur l’usage de la batterie par exemple, des idées de randos et autres conseils spécifiques. Je recommande ;-)


Louis (15 ans, Lorient), malgré son jeune âge, a déjà la tête tournée vers l’électrique : « Si je pars poursuivre mes études ou m’installer en montagne, je passe aussitôt à l’électrique, cela me permettra d’allonger les distances et de grimper des bosses que je ne pourrai jamais faire en VTT classique, j’ai envie de fun, du plaisir que seul le VTT-E pourra m’apporter » clame t-il.


Ce n‘est plus une question d’âge…


En roulant même à la vitesse 1 (sur 5), mettre un peu de puissance moteur engendre une petite nuisance sonore. J’ai sondé quelques « voisins » qui m’ont de suite affirmé qu’ils n’entendaient pas vraiment le bruit et que cela ne les gênaient pas de toute façon (re-ouf). 2 randos plus tard, je suis vraiment rassurée sur la cohabitation avec les VTT classiques, je suis prête à repartir sur des « randos mixtes ». Le choix de rouler en électrique ne se pose plus, ce n’est pas qu’une question d’âge mais de sensations, de pilotage, de convivialité… bref, de plaisir ! Alors pour ceux et celles qui hésitent ou se freinent en disant qu’ils ont le temps avant de basculer dans l’électrique, il faut surtout ne pas tester un VTT-E car dans mon cas, je ne reviendrai plus en arrière, j’avoue avoir retrouvé du plaisir, sans crainte de l’effort physique lors des montées, ma seule peur maintenant étant de manquer de batterie. Là aussi, crainte infondée car en 66Km et 1400mD+, il me reste encore 50% de batterie… oh la la, suis large !!


Voilà résumé un week-end bien sympa où j’ai pu voir pas mal de féminines rouler (et pas que en électrique), où mes craintes sur la cohabitation des VTT-E et « musculaires » se sont vite envolées, un we qui donne envie de repartir sur les chemins !

 

Points forts du VTT-E
•    Pédalage non-stop (on ne mets quasiment plus le pied à terre, les montées sont avalées tranquillement)
•    Plaisir, convivialité et partage
•    Plus de crainte de l’effort physique lors des montées

 

Points faibles du VTT-E
•    Gestion de la batterie sur un week-end entier, dosage concernant l’aide moteur pour faire conserver de la puissance mais l’expérience me permettra de doser et gérer la batterie avec facilité
•    Poids du vélo (25kg) qui ne permet plus vraiment sauts et autres petits levers de roues avant, je dois donc adapter mon pilotage et anticiper ma trajectoire
•    Prudence lors des montées, on rattrape les VTT musculaires, il faut ne pas chercher à les dépasser sauf quand la largeur le permet ou que le vététiste est pied à terre avec dépassement possible


 


Endorphinmag Septembre 2021
Beatrice Glinche


Endorphinmag : Facebook Feed