Traversée du Lac Saint-Jean

 

Le Canada et le Québec en particulier, voit la pratique du fatbike grossir d’année en année. Si le marché stagne en France et voit le retrait de certaines marques sur ce type de vélo tout terrain, ce n’est pas le cas outre-atlantique où ce sport grandit toujours, et surtout, les stations et sites de pratique se font de plus en plus nombreux. Un exemple simple : un magasin de vélo sur une ville de moins de 20 000 habitants dans la région du Lac St Jean, a vendu 300 fatbikes pour le seul hiver 2017/2018 !! De quoi faire rêver bien des vélocistes ! Rajoutez à cela les investissements des sites sportifs, la vente d’équipements spécifiques, les compétitions, cet engouement génère une dynamique économique intéressante. Les atouts du fat sont réels, il reste facile à pratiquer, ludique et surtout, il séduit les cyclistes classiques qui n’ont pas à couper leur saison trop longtemps lors de l’hiver canadien et préfèrent pratiquer en pleine nature plutôt que sur le home-trainer dans leur garage, la transition et la reprise du vélo à la fin du long hiver en est donc facilitée. Bien sûr, la pratique a un coût, certains lieux qui créent et entretiennent des sentiers spécifiques (et c’est beaucoup de travail), ont des forfaits payants pour la pratique sur site. Partir une semaine dans une des patries du Fatbike pour le vivre et le comprendre fut un des buts de notre voyage.

 

La Traversée du lac St jean reste une belle course que nous vous avons fait découvrir sur le mag Endorphinamg en mars 2015 et 2016. Cette année, le but était de monter un groupe pour partager cette expérience. Pour cela, rien de plus simple : activer ses contacts, faire l’ébauche d’un programme, une vague idée du budget et créer une page facebook (Fat & Binouz’ qui deviendra très récemment Frozen Racers). Le projet est présenté sur les réseaux sociaux et sur la page Facebook Fatbikes France.
De nombreuses personnes intéressées se sont manifestées pour au final, former un petit groupe de 6 vététistes qui se sont retrouvées à l’aéroport Montpellier, ainsi que 2 vidéastes qui avaient accepté de suivre cette aventure givrée.
Une fois au Québec, nous sommes pris en compte par l’agence Equinox Aventure et par le boss himself, Hugues Ouellet, personnage très pro et sympathique, rôdé à l’accompagnement des groupes de presse et voyageurs aventureux.

Nous avions établis un programme à la carte et itinérant, de découverte des sites de fatbike, sortie raquette sur un site privé  (fermé l’hiver au tourisme) sur la rivière jusqu’aux Trois Chutes et Trou de la Fée, une nuit au milieu du lac St Jean, des ateliers « grand froid » et le must de la semaine, mis à part le course, la rencontre inoubliable avec les loups à Girardville (Aventuraid).
Les sorties fatbike furent une découverte pour la majorité du groupe qui découvrait ce vélo aux roues surdimensionnées et la semaine « d’apprentissage » permit de rouler sur tous types de neige, permettant d’apprendre à peu près à gérer le pilotage et surtout les pressions de pneus. Au fil des kilomètres et des rencontres, le groupe a pris confiance et a pleinement apprécié ce type de vélo. Les apprentis Frozen Racers ont également pu améliorer leur façon de s’habiller pour ce type d’effort par grand froid.

Deux jours avant la course, une traversée du lac est programmée et nous nous joignons au premier jour de l’organisation qui propose 3 jours de Traversées. Les 2 premiers jours prévoient des Traversées en mode randonnée et Challenge Entreprises. Ce jour-là, les conditions étaient très difficiles, la neige molle rendait la progression lente et pénible, inquiétant le groupe pour la compétition à venir le samedi. En effet, sur 60 partants, seuls 7 bikers franchiront la ligne d’arrivée.

 

C’est ce jeudi que nous avions prévu de dormir sur le lac. Hugues, d’Equinox Aventure, avait monté le camp dans la journée et nous nous retrouvons dans un lieu magique, ou sur 360°, nous voyons une surface de neige à l’infini. Le ressenti est sensationnel et nous nous extasions devant ce paysage et ces grands espaces que nous offre cette région du Lac St Jean.
Le vendredi est consacré au repos, shopping et spas extérieurs. Thierry et Simon, les caméramans, profitent du break pour travailler sur leurs images et faire les ITW de l’équipe. Les vélos sont préparés pour la course et les derniers détails sont affinés.

 

Copyright Thierry

 

Le jour de la compétition s’annonce beau mais froid. Pour « froid », il faut lire – 20 à – 28° C et les températures vont à peine réchauffer dans l’après-midi, soit après la course. Mais ces températures sont une bonne nouvelle, elles sont garantes d’une neige dure.
Les fatbikers ou fatteux se rassemblent à l’Hôtel Château Roberval pour déjeuner, se préparer, puis descendre en convoi sur le lac. Les premiers kilomètres dans Roberval donnent une première idée de la température glaciale qui règne sur les rives du lac.
Après quelques tours de roues et un échauffement collectif en musique sur la ligne de départ, le bag retenti et la course démarre. Bien évidemment, le rythme est tout autre que sur la rando du jeudi mais la neige est très bonne et les 32 kilomètres de la Traversée se feront à bonne allure. Malgré l’effort et la concentration du pilotage, nous prendrons le plaisir de regarder à gauche et à droite, pour avoir cette sensation et ces instants uniques, cette prise de vue géniale, d’être sur une immensité blanche qui paraît sans fin.
C’est sur ces moments que nous confirmons que David Lecointre, le pionnier et organisateur de la course, a vraiment eu une idée de barge, mais tellement originale.
C’est presque avec regrets que nous apercevons les rives du lac et l’arrivée, à Péribonka, que tout le groupe des français atteindra, pour se voir remettre la médaille de la Traversée. Tous heureux d’avoir réussi. Elodie Alinat, une des féminine du groupe, finira même troisième féminine sur la compétition, derrière 2 filles de haut niveau de la sélection canadienne et ce, malgré un vélo de location et un équipement basique. Elle a étonné les filles du peloton qui l’ont vu déboîter « avec son sac à dos et ses bottes Soler caribou » (lol). Nous fûmes heureux et fiers d‘avoir pu hisser un drapeau français sur un podium ! Bravo Elodie !
C’est heureux d’avoir réussi le challenge et triste que la semaine givrée s’achève que nous rejoindrons notre hôtel. Nous rentrerons avec de beaux souvenirs et de belles émotions, procurées par ces grands espaces et cet accueil si particulier et si chaleureux que nous réservent les Québecois.

 

 

Si l’aventure vous tente, un seul mot : Foncez !
L'emission Riding Zone sur France ô, permet de se faire une bonne idée : https://www.youtube.com/watch?v=DAvknMJGnkg&feature=youtu.be
Un film plus long, comprenant toutes les activités est en cours de montage, vous serez avertis via la page facebook endorphinmag.
 A surveiller, le magazine VSD doit éditer quelques pages sur l’évènement avec de belles photos.

 

galerie photos disponible ici : https://www.flickr.com/photos/133970318@N07/albums/72157666871339338

 


https://velosurlac.com/
http://www.equinoxaventure.ca/
 

 



Endorphinmag

Patrick Lamarre, Mars 2018.


Endorphinmag : Facebook Feed

Newsletter Endorphinmag
FATBIKE
VTT
QUEBEC
RAID VTT
SNOW BIKE